liberte_vendredi

Comme souvent le vendredi soir, nous aimons bien aller nous promener en famille. Comme des milliers de personnes, à Paris ou ailleurs, qui fêtent le week-end à peine naissant, qui le prolonge par le début. 
Ce vendredi, nous sommes allés du côté de Beaugrenelle, nous avons vu la Seine illuminée, le vent fouettait notre visage. Petit Picci a tout de suite vu dans le ciel les mouettes qui tournoyaient, Grand Picci nous a dit que cela ressemblait à des plumes qui volent, ce blanc sur fond noir. Et j'ai pris en photo cette statue de la liberté qui souhaite la bienvenue. Qui se dresse comme un phare, une lumière, un repère, un rempart pour protéger cette ville que j'aime tant, dans laquelle je suis née, mes parents et mes enfants aussi. Cette ville pour laquelle Maritomio a quitté sa Sicile natale, dans laquelle nous nous sommes mariés et installés.

Jamais plus je ne regarderai cette statue de la même manière. 

Mais nous continuerons à profiter de nos terrasses, à prendre le métro et le bus avec nos picci, à regarder les canards dans les parcs ou aller voir les vitrines de Noël, à aller au musée ou au théâtre, à rêver sur les ponts... avec au fond du coeur et dans nos prières chacun de ceux qui auraient dû profiter bien plus longtemps de tout cela et plus encore.