livre_1q84-1

Il y a 3 semaines déjà, lorsque sur Instagram j'envoyais une photo des 4 livres qui m'attendaient et que je demandais par lequel commencer, une seule personne m'a répondu. "Si tu commences le Haruki Murakami, tu risques d'être partie pour la trilogie d'après ce que j'ai entendu." Et c'est exactement cela. Je voulais le lire depuis qu'il est sorti (août 2011 pour l'excellente traduction française d'Hélène Morabita), mais pas certaine d'aimer, je n'ai pas voulu l'acheter. J'ai donc attendu qu'il soit disponible en bibliothèque et qu'au hasard de mes incursions j'y pense. 

Ce livre est un voyage envoûtant entre 1984 et 1Q84 un monde parallèle. On y suit avec passion Aomamé, jeune femme professeur d'arts martiaux, et Tengo professeur de mathématiques et lecteur chez un éditeur. Chaque chapitre est une alternance de ce qui arrive à l'un puis à l'autre ; on y suit leurs interrogations, leur prise de conscience de plus en plus prégnante de ce monde parallèle. Autant vous dire que j'ai hâte de lire le tome 2.

Quelques extraits vous donneront une idée plus précise de cette ambiance si particulière : 

“Aimer écrire est la qualité la plus précieuse chez ceux qui visent à devenir écrivain.” (p 40)

“Je bouge. Donc je suis.” (p 59)

 “Dis-moi, Tengo, à ton avis, quelle est la grande différence entre le talent et l’intuition ?
- Je l'ignore.
- Tu auras beau avoir le tout le talent que tu veux, ça ne te remplira pas le ventre. Alors qu’avec beaucoup d’intuition tu ne seras jamais dans le pétrin.” (p 123)

“En somme, la conscience qui est la mienne en ce moment appartient à celle du monde originel, lequel, cependant a déjà cédé sa place à un autre.” (p 193)

“Le souvenir se transmet des parents aux enfants. Le monde, vois-tu, Aomamé, c’est une lutte sans fin entre un souvenir et un autre souvenir, qui lui est opposé.” (p 508)

“Mais si tu récrivais le passé, évidemment, le présent changerait aussi. Le présent, ça se construit à partir d’une accumulation de choses passées.” (p 532)

 Petite info wikipédiesque : Le titre est une référence au roman 1984 de George Orwell, car au Japon, on prononce « Q » à l'anglaise /kju/ et le « 9 », lui, se prononce « kyū », d'où la même lecture, au Japon, de 1984 et de 1Q84.

Ajout du 21 novembre : je suis allée à la bibliothèque hier. Pas de livre 2, sorti jusqu'au 9 décembre. Et j'ai vu que le livre 1 que je rendais était réservé. Patience ou achat... je réfléchis.