Agatha Christie And then there were none

Dans un précédent billet, je vous avais parlé de ce qu'évoquait pour moi Agatha Christie. J'ai eu l'occasion depuis d'en relire un livre qui ne m'a pas marqué. Je crois que la traduction n'était pas des meilleures et surtout l'histoire et les circonstances étaient extrêmement datées. 

En revanche, j'ai eu envie de relire Dix petits nègres, mais en anglais. En version originale. Et déjà le titre est une histoire en soi. En effet, la version originale britannique s'intitule Ten little niggers, d'où est tirée d'ailleurs la traduction française, et conforme au titre de la chanson écrite par Frank Green en 1869. Elle-même adaptée d'une chanson américaine écrite en 1868 par Septimus Winner, Ten little indians. C'est d'ailleurs d'abord sous ce titre qu'est connue la version américaine, avant de prendre le titre définitif And then there were none issu du dernier vers de la chanson.

La trame : 10 personnes, qui ne se connaissent pas, sont invitées sur Soldier Island qui aurait été achetée par une vedette de cinéma. Ils ne savent rien de leur hôte, mais ils vont très vite découvrir qu'il en sait beaucoup sur chacun d'eux. Petit à petit, suivant les couplets d'une chanson, les invités se font assassiner un à un. Très vite, ceux qui restent vont se rendre compte qu'il s'agit forcément de l'un d'eux.

Ten little soldier boys went out to dine
One choked his little self, and then there were nine.

Nine little soldier boys sat up very late
One overslept himself, and then there were eight.

Eight little soldier boys traveling in Devon
One said he'd stay there, and then there were seven.

Seven little soldier boys chopping up sticks
One chopped himself in half, and then there were six.

Six little soldier boys playing with a hive
A bumble-bee stung one, and then there were five.

Five little soldier boys going in for law
One got in chancery, and then there were four.

Four little soldier boys going out to sea
A red herring swallowed one, and then there were three.

Three little soldier boys walking in the zoo
A big bear hugged one, and then there were two.

Two little soldier boys sitting in the sun
One got frizzled up, and then there was one.

One little soldier boys living all alone
He went and hanged himself

and then there were none.

(dans la chanson originale, "nigger" remplaçait "soldier")

Je ne m'en souvenais plus vraiment (ma dernière lecture remonte à plus de 30 ans !), mais je dois dire que j'ai été complètement embarquée sur cette île, fouettée par les vents au large du Devon. L'atmosphère, le doute, la suspicion, les regards... tout est parfaitement maîtrisé pour entretenir le suspens. C'est du grand art et cela me n'étonne pas que ce livre soit le plus vendu d'Agatha Christie et considéré comme l'un des 20 meilleurs romans policier de tous les temps par la Crime Writers' Association. 

De nombreuses adaptations existent aussi bien à la télévision qu'au cinéma. Et à l'occasion du 125e anniversaire de la naissance d'Agatha Christie, une mini série sera diffusée sur la BBC à partir de Boxind Day (lendemain de Noël). Pour en savoir plus, n'hésitez pas à consulter le site dédié à Agatha Christie, très riche et très bien fait... in English of course.