génération-x-génération-y-personnage-de-dessin-animé-55473255

 

Voilà maintenant 3 semaines que j'ai intégré mon nouveau poste, plus exactement ma nouvelle entreprise, ma nouvelle équipe. Car pour le poste, il me faudra encore quelques semaines pour me sentir bien "intégrée".
Jusque là, d'abord dans mon ancienne boite puis dans ma recherche d'emploi qui a suivi, je côtoyais des gens plutôt de ma génération. Des gens installés dans leur vie, avec souvent au moins 15 ans d'expérience et l'âge qui va avec. Des gens curieux, amusants, professionnels, passionnés, désabusés parfois, ne comprenant qu'une chose à la mutation du monde du travail : si tu veux survivre, il va falloir s'adapter. Savoir apprendre autrement, s'immerger dans les réseaux sociaux, accepter de se dévoiler un peu plus, bousculer ses habitudes, comprendre et se faire à l'idée que professionnellement, tu es passée du côté des seniors. D'aucun te dirait que d'un point de vue purement sémantique l'APEC et Pôle Emploi te considèrent senior à partir de 45 ans (je ne les ai pas encore mais je n'en suis plus si loin) et t'ouvrent avec joie leurs ateliers "Exploiter votre séniorité". Les professionnels du marketing et le gouvernement, pour l'aspect professionnel, repoussent la limite à 50 ans qu'on soit ménagère ou pas :-) !
Mais pour les ESN (vous savez, mais si, j'en ai déjà parlé... les anciennes SSII), vous tombez du côté décati de la force dès 35 ans. Tout cela, en bref, pour vous dire que je suis une vieille, professionnellement parlant ! Je sais, je suis naïve, mais à force de cotoyer des gens du même âge on ne se rend pas vraiment compte de tout ce qui bouge et de tous ceux qui montent. J'avais légèrement entreaperçu cela avec les mamans de l'école, mais je n'étais pas encore vraiment convaincue par l'argument.
Et ce sentiment m'est tombé dessus avec toute la force du poids des ans, lorsque j'ai intégré mon équipe, au demeurant fort gentille et agréable. Quand j'ai entendu l'un des membres d'une autre équipe parler de son bac obtenu en 2009, j'ai cru avaler ma souris ! Une autre aussi qui nous parlait de sa maman agée de 49 ans (bientôt l'âge de maritomio!). Tout cela me pousse dans mes retranchements, vestimentaires aussi : mes tenues sont hyper sobres et classiques, j'ai l'impression d'être mamie au milieu d'un master. 
Cette jeunesse d'esprit me fait du bien. Ils ont mille idées à la minute, sont passionnés (parfois un peu trop), décomplexés, exigeants, partagent leurs idées, leurs peurs et leurs doutes aussi. Ils sont à la fois très sûrs d'eux et bourrés de fragilités. Et tout cela me motive parce que figurez-vous, la vieille a encore des choses à faire, à apprendre, des bonnes pratiques à partager. Tout ce que j'ai pu perdre en agilité ou fulgurance, je le récupère en expériences, recul et savoir-être. Certes, je ne pourrais jamais tout partager, mais la curiosité, la vivacité d'esprit et l'envie de faire de ma vie professionnelle un terrain de jeu m'ouvrent grand les portes d'un poste passionnant !