livre_laoulestigressontchezeux

Alors que soeurette est en train de vivre des jours ensoleillés sur une plage de Thaïlande, je viens vous parler de ce grand roman de plus de 700 pages. Pourquoi vous parler de ma soeur ? Parce qu'en février, quand j'avais encore un peu de temps libre en semaine, je l'ai aidée une après-midi à faire ses cartons. Dans ses livres encore dans sa bibliothèque et qu'elle comptait garder, il y avait ce gros pavé, Là où les tigres sont chez eux de Jean-Marie Blas de Roblès. C'est moi qui lui avait offert, une vraie bonne trouvaille. 

Histoires croisées d'Eléazard von Wogau, journaliste dans le Nordeste brésilien, de sa femme Elaine, archéologue dont il est en train de se séparer, de sa fille Moéma étudiante paumée. Mais aussi d'Athanase Kircher, jésuite allemand du XVIIème siècle dont Eléazard écrit la biographie, de Nelson gamin des favelas ou de Loredana, mystérieuse italienne.

Sur le site de l'éditeur Zulma, voilà une belle phrase qui résume bien ce livre : "Umberto Eco revu par Indiana Jones chez Malcom Lowry, avec un zest d'African Queen et de Lévi-Strauss chez les Nambikwara." Patrick Grainville, Le Figaro Littéraire.

Quelques extraits pour vous convaincre de vous lancer dans cette aventure littéraire :

“La vérité n’est ni un chemin de traverse ni même cette clairière où la lumière se confond avec l’obscurité. Elle est la jungle même et son foisonnement trouble, son impénétrabilité. Voici longtemps qu’il ne s’agit plus pour moi de chercher une issue quelconque dans la forêt, mais bien de m’y perdre au plus profond.” (page 85)

“Plus j’avance en âge, plus je suis convaincu que la révolte est le seul acte véritable de liberté, et par conséquent de poésie.” (page 203)

“Quelle est l’utilité d’une langue si elle ne sert qu’à nommer ou à manipuler des objets, & non ces idées qui sont en nous la marque de la divine création ?” (page 527)

“La stratégie, c’est ce qui reste quand il n’y a plus d’éthique possible.” (page 597)

“Ne jamais regarder les choses en face, mais toujours de biais, la seule façon de mettre en relief leur beauté ou leurs défauts.” (page 691)