Rideau de scène du ballet "Parade" (1917) peint par Picasso

Dimanche, nous avons fait une sortie bien inatttendue proposée par ChèreMarraine à l'issue d'un déjeuner fort agréable chez elle, dans son appartement baigné de lumière près de la place d'Italie.

Un petit coup de bus 27, arrêt Pont Neuf-Quai des Grands Augustins... la Seine... le soleil et l'île Saint-Louis dans le fond. La sortie était déjà réussie ! Mais le but de notre sortie était le Théâtre du Châtelet dans lequel était exposé jusqu'à ce dimanche le rideau de scène du ballet "Parade", musique Erik Satie et argument de Jean Cocteau. Rideau peint par Picasso sur une surface de plus de 170 m² et pesant plus de 45 kilos. Lors de son transport, le rideau tomba à l'eau et, n'ayant pas pu être sorti immédiatement, il conserva un aspect délavé. Picasso décida cependant de le conserver tel quel. 

Ce rideau est présenté dans la grande salle du théâtre, aménagée pour l'occasion ; des estrades recouvrent les sièges de l'orchestre. Ce qui a le don de fasciner Petit picci qui se demande aussi comment on fait pour aller dans les fauteuils qui sont en haut. Impossible d'y accéder mais nous avons pu emprunter les escaliers pour monter au foyer dans lequel était projeté le ballet (ou une partie tout au moins). C'est d'une modernité incroyable et on comprend aisément le scandale que cela a pu être en 1917, en pleine guerre qui plus est. 

Quant à Grand Picci, en entrant dans le théâtre, il m'a dit "Maman, je peux te dire une chose : c'est époustouflant !". C'est pour ce genre de réflexion que je continuerai à emmener mes enfants visiter des musées, voir des expositions, s'intéresser au monde, faire de nouvelles expériences artistiques. Ils auront le droit de ne pas aimer, de s'ennuyer, de vouloir aller vite, voire de sortir, mais je sais qu'il y aura toujours un moment magique comme celui-ci. Un de ces moments d'échange avec vos enfants où vous souhaitez à la fois qu'ils grandissent pour qu'ils comprennent ou apprécient encore plus de choses et en même temps qu'ils restent encore petits pour garder cette fraîcheur et cette spontanéité !