Après quelques semaines de vacances et de rentrée, il est temps de revenir vous titiller un peu. Je vais commencer en douceur en vous parlant des deux livres lus pendant mes vacances en Sicile. Sur la terrasse, à l'ombre de la vigne et au son du vent dans le citronnier... bon ok, un peu aussi avachie sur le canapé ou sur la table de la cuisine.

lamicageniale2

D'abord L'amica geniale d'Elena Ferrante, mais si, vous savez... ce livre dont tout le monde parle, L'amie prodigieuse. Je n'ai pas pu résister au plaisir et à la joie de le lire en italien. Me voilà bien... il va falloir que je me procure les 3 autres tomes ! Ce sera l'occasion d'aller faire un tour à la librairie italienne La Tour de Babel, rue du roi de Sicile (si, si !) dans le Marais. 
Pour en revenir à l'histoire, rien de bien nouveau. Une histoire d'amitié entre deux fillettes qui va évoluer, changer au rythme des années qui passent, des rencontres, de leur vie personnelle et intime aussi. Cela commence dans la banlieue de Naples à la fin des années 50. Et toute la force de ce livre tient dans les couleurs, les odeurs, la violence et l'amour. Dans l'écartellement entre l'attachement au rione (quartier) et la volonté de dépasser cela, d'aller voir ailleurs, découvrir Naples, s'émanciper de la pauvreté par les études, de l'emprise de la mafia. Dans l'amitié, aussi forte que les sentiments qui l'animent (passion, jalousie, incompréhension, joie...) entre Lila Cerullo et Elena Greco. Un vrai coup de coeur... un colpo di cuore :-) ! Un succès qui doit résider un peu aussi dans le mystère sur l'auteur qui ne se montre jamais. On dit qu'il s'agirait d'un couple, ou bien d'un homme.
A suivre donc prochainement Storia del nuovo cognome (en français Le nouveau nom), Storia di chi fugge e di chi resta (non traduit pour le moment) et Storia della bambina perduta (non traduit pour le moment).

L'autre roman est plus attendu, puisqu'il s'agit du dernier Andrea Camilleri L'altro capo del filo. Une nouvelle enquête du Commissaire Montalbano sur fond de crise migratoire. Quand je dis le dernier, j'ai bien vérifié c'est le dernier... et le centième d'un auteur aussi tardif que prolifique. Il fête d'ailleurs ses 91 ans aujourd'hui. Tanti Auguri! 
Pour une fois, le meurtre n'arrive que tardivement dans le livre (après une bonne centaine de pages), une bonne partie du livre étant dédiée à la situation complexe et inexorable de l'arrivée de centaines de migrants des côtes libyennes toutes proches. 
Un très bon cru !

laltrocapodelfilo