IMG_20170219_225730

 Encore une fois, c'est le hasard qui m'a fait choisir ce livre à la FNAC il y a quelques jours. Un peu perdue au milieu de ces rayons débordants de livres, petits et grands, en français ou en anglais, bons ou parfois franchement mauvais, j'ai regardée sans conviction les nouveautés en poche. Et j'ai aimé le titre, tout simplement.

Vango.

Comme Vango Romano, jeune homme qui doit fuire la police qui l'accuse d'un crime, le jour où il doit être ordonné prêtre, en 1934. Fuir les forces inconnues qui le traquent et chercher à savoir qui il est. Ce que cache son passé qui démarre dans son souvenir sur une île de Sicile. 

Un merveilleux roman d'aventure (j'ai découvert après l'avoir acheté qu'il s'agissait de littérature jeunesse... cela me va bien... tant que c'est bien écrit !) où l'on croise Mademoiselle sa nourrice, mais aussi Zelfiro un vieux moine, Boulard, Ethel ou La Taupe. Un suspens et une action sans faille qui nous fait passer des îles siciliennes à Paris, en passant par le Zeppelin, Londres ou le loch Ness. Une écriture très fine, qui fait du bien et laisse espérer que la jeunesse puisse avoir des lectures de qualité.

Pour en juger par vous-même : 

"La langue des autres est une chanson étrange dont on imite la musique avant d'en comprendre les paroles." (page 52)

"Il grandit avec trois nourrices : la liberté, la solitude et Mademoiselle." (page 57)

"Son maître, Jacques Aristophane, [...] lui disait toujours qu'arriver avec des questions, c'était donner la réponse." (page 182)

"Elle paraissait connaître tous les secrets de la vie, mais elle les égrenait un à un, de manière imperceptible. Comme cet olivier qui perdait ses feuilles toute l'année sans qu'on ait l'impression qu'il en manque jamais une seule." (page 220)

"Et maintenant ? Voilà ce que disaient ces silences. Et maintenant ?" (page 436)

Vango I, Entre ciel et terre
Timothée de Fombelle
Gallimard Jeunesse, 442 pages