Marathon de Paris 2017

Parfois, il suffit de regarder par la fenêtre pour prendre une leçon de vie. C'est ce qui m'est arrivé aujourd'hui.

Nous avons eu la chance de voir passer le marathon de Paris sous nos fenêtre. Entre les kilomètres 31 et 32. Les hommes verts de Schneider Electric, sponsor de l'événément, avaient installé des tables sur lesquelles des grandes bassines remplies d'eau offraient aux coureurs un rafraîchissement de la nuque, un trempage de casquette ou carrément un lavage à grande eau des mollets échauffés. Des pompiers arrosaient les groupes et la route à intervalle régulier, alors qu'une fanfare jouait un peu plus loin. Pour encourager, soutenir, et ils sont restés là, de 8h00 à 15h00 au moins se relayant aux instruments pour ne pas lâcher face à ces hommes et ces femmes partis chercher leur fierté et leur plaisir dans l'effort et parfois la douleur.

Ce sont plus de 43000 participants et près de 42500 finishers qui ont battu le pavé de Paris sous un soleil radieux. Nous avons d'abord vu passer les coureurs handisport, à force de bras. Seuls, sans presqu'aucun encouragement. Puis les Kenyans et ensuite en un long fil le reste des coureurs, entre 10h15 et 14h30. Le vainqueur a couru en 02h06, suivi de près par sa femme (02h20) qui a battu un record. Et les derniers ont souffert pendant plus de 5h00 au moins.

Il y avait des hommes, des femmes, des jeunes, des plus âgés, des couples, des clowns, des hommes poussant des fauteuils, un qui courait à pied, un autre déguisé en vache. Tous, le visage tendu vers l'arrivée... ou vers le voisin. Car l'image que je retiendrai est celle de cet homme courant en handisport, sur son fauteuil, les bras meurtris, chaque tour de roue lui coûtant un muscle, son souffle. Il est au milieu des coureurs, beaucoup d'hommes qui ne lui accordent pas un regard. Et, surgie de je ne sais où, cette femme, cette coureuse menue et souriante, qui lui met une main dans le dos pour le pousser de toute cette énergie que donnent la générosité et l'attention à l'autre. 

Chapeau à cette femme pour son geste et bravo à tous les finishers !