Lire_aux-cabinets

Voilà un titre qui ne laisse pas indifférent. A vrai dire, je voulais lire la version complète du recueil de nouvelles Les livres de ma vie du même auteur mais je n'avais trouvé que ce petit recueil à la libraire L'écume des pages, boulevard St Germain, un jour de septembre. 
J'aurais pu faire la photo avec le trône en fond mais franchement... on attendra que la salle de bain soit refaite. Ce qui devrait arriver avant la fin de l'année. Une prochaine histoire à raconter sans doute.

Revenons donc au livre. Un petit recueil en deux parties, qui commence par la nouvelle Ils étaient vivants et ils m'ont parlé. Ils, les livres, les écrivains, les lecteurs.

"Qu'est-ce qui rend un livre vivant ? [...] Un livre vit grâce à la recommandation passionnée qu'en fait un lecteur à un autre." (page 12)

"Il est une chose encore qui distingue les lectures d'enfance de celles de l'âge mûr, c'est l'absence de choix." (page 18)

"Sans le lecteur enthousiaste, qui est vraiment la contrepartie de l'auteur et très souvent son grand rival, un livre mourrait." (page 25)

"La fiction est toujours plus proche de la réalité que le fait brut." (page 45)

Et maintenant passons aux cabinets (désolée, cela me fait rire :-)) : 

"Qui se repose le 7ème jour ; excepté Dieu ? Qui considère son travail, enfin terminé, et s'en trouve satisfait ? Nul autre, apparemment, que le créateur." (page 57)

"... voici, à mon sens, les raisons pour lesquelles nous lisons : un, pour nous délivrer de nous-même;  deux, pour nous armer contre des dangers réels ou imaginaires ; trois, pour nous "maintenir au niveau" de nos voisins ou pour les impressionner, ce qui revient au même ; quatre, pour savoir ce qui se passe dans le monde ; cinq, pour notre plaisir, ce qui veut dire pour stimuler et élever nos activités et pour enrichir notre être [...] et je les ai données dans leur ordre d'importance actuelle... " (page 76)

"... lire c'est toujours interpréter... " (page 93)

Une bonne petite lecture... où que l'on soit :-) !

Lire aux cabinets
Henry Miller
Folio, extraits de Les Livres de ma vie
Gallimard, 1957 (traduction Jean Rosenthal)