La Fenice-01

Loin de moi l'idée de vous faire un minute par minute de notre week-end à Venise avec maritomio et les deux picci, je préfère développer quelques thèmes, des sensations, des émerveillements mais aussi des déceptions. Et la visite du théâtre de la Fenice en fut une... pour être honnête une demi-déception seulement. 

Pour commencer l'extérieur est très quelconque et fait plus penser à l'entrée d'une modeste église qu'à celle de la troisième plus prestigieuse salle d'opéra lyrique. Comme pour tout à Venise, il faut savoir regarder au-dela d'une façade, d'un pont, d'une ruelle pour découvrir des merveilles.

DSC00357 (600x800)

Une fois passé le comptoir de vente des billets et autres babioles, nous arrivons dans le foyer et j'ai l'impression de me trouver dans le hall d'une salle de réception de mariage, avec ses stucs, ses couleurs pastels et ses lustres. Tout semble tellement faux. Je ne peux alors oublier que ce théâtre a été reconstruit plusieurs fois tel le phénix (il porte d'ailleurs bien son nom... la fenice signifiant le phénix !) qui renaît de ses cendres. La dernière fois étant toute récente puisque la dernière inauguration a eu lieu en 2003 après près de 8 ans de travaux.

DSC00346 (800x600)

 

Les restaurations à grand coup de millions, de feuilles d'or et de sponsors ne sont pas toujours réussies (à mon sens bien sûr), mais...

... il suffit alors de pénérer dans la grande salle pour être absolument époustouflé ! Emerveillée par tant d'or, de décors, de lumières.

DSC00321 (800x600)

DSC00310 (600x800)

DSC00318 (600x800)

Et cerise sur le gâteau, nous avons eu la grande chance d'assister aux répétitions de l'orchestre et des chanteurs de l'opéra de Giuseppe Verdi, Simon Boccanegra, dirigés par Myung-Whun Chung. Nous avons été placés dans une loge au 2e étage, déjà occupée par un homme un peu âgé. Picci n°2 était absolument fasciné, posant mille questions, pas toujours au volume adéquat hélas. 

DSC00330 (800x600)

Quand nous sommes sortis, il faisait presque nuit, vous savez ce moment entre chien et loup où tout est possible, et nous avions encore de la lumière plein les yeux, la musique guidant nos pas vers un prochain émerveillement.