Fontaine Bellini (Puteaux)

Il y a quelques jours, lorsque les picci n'étaient pas encore rentrés, après une journée de boulot aussi chargée pour Maritomio que pour moi et un début de soirée autour du lavage de l'aquarium (oui, je sais que notre vie trépidante et excitante vous fait rêver !), nous décidons sur un coup de tête de sortir. Nous promener. Sans autre but que celui de parler, nous écouter, regarder ce qui nous entoure, rêver à un appartement plus grand, s'interroger sur ce monde qui décidément ne tourne pas rond. Comme nos discussions, notre balade n'a pas de fin. Si ce n'est notre limite physique, lorsque nos jambes ne peuvent plus nous porter.

La balade est pour moi aussi nécessaire que la respiration. L'art de s'aérer la tête, l'âme et le corps. L'art de s'ouvrir à la beauté du monde, à l'énergie de la ville, à la force de la nature. L'éloge de la curiosité, de l'interrogation, de la créativité et du partage.

Il y a différentes façons de se balader, de se perdre sans but quel que soit le lieu. 

La plus exotique pour moi est la passeggiata dont j'ai déjà parlé ici. Cet art du sud, et italien en particulier, qui consiste à déambuler en famille ou entre amis sur le corso de la ville, en fin de journée, début de soirée. Avant ou après le dîner en fonction des impératifs de chacun, l'important est de se montrer et de parler. Une balade trop lente à mon goût, qui me demande trop d'effort physique (et oui, marcher trop lentement me fait mal au genou). 

J'aime déjà plus la balade "imposée" lorsque pour aller d'un point A à un point B il faut marcher au travers de rues et de villes méconnues. Marcher d'un bon pas, confiante dans mon sens de l'orientation, l'oeil aussi bien sur la montre que sur l'ourlet d'un ciel inspirant. Repérant un futur lieu de sortie, une boutique utile, un raccourci ou un élément urbain exceptionnel. Comme cette fontaine à Puteaux, au pied du pont de Neuilly côté La Défense, découverte alors que je rentrais au boulot après un rendez-vous chez un client à La Défense. Pressée par le temps, mais prenant le temps de ne pas me presser, je prends la photo. Capturer ce qui a illuminé notre oeil ou notre âme n'a pas de prix.

Viens ensuite la vraie balade, prévue, orientée mais sans but. C'est-à-dire partir dans un lieu précis mais sans savoir quel sera le trajet précisément, combien de temps on y passera. Juste savoir que là, nos sens seront attisés, réveillés. Cette balade faite le week-end passé rue du Faubourg St Honoré par exemple. Prendre le bus et descendre à la Concorde. Rue Royale trouver un dinosaure à terre, et lui faire prendre un peu de hauteur. Ce gâteau dans une vitrine de la rue d'Auteuil ou bien cette Tour Eiffel un peu étrange aux Galeries Lafayette... garder les yeux et le coeur ouvert ! 

tour_deFrance_balade 

20160721_214801

20160723_145023

 conciergerie_balade